Seulement un clou.

Publié: 7 août 2013 dans relations humaines
Tags:, , ,

UNE HISTOIRE POUR RÉFLÉCHIR : Un jour, un homme décide d’acheter une maison. Après plusieurs semaines d’une recherche intensive, il découvre la demeure de ses rêves.

Cette maison était bâtie dans un quartier des plus chics et était habillée des plus beaux rideaux jamais conçus. A l’intérieur, l’on pouvait y trouver les plus belles couleurs, chatoyantes et douces aux yeux. Chacune des pièces était unique en son genre, décorée avec goût. La pelouse faisait l’envie des voisins, colorée d’un vert vif sans aucune mauvaise herbe.

Cet homme voulait cette maison coûte que coûte. Ce désir s’intensifia lorsque son épouse et ses enfants la virent… ils devaient à tout prix la posséder.

Cet homme commença à négocier avec le propriétaire. Chose étonnante, il eut en face de lui la personne la plus affable qu’il ait jamais rencontrée. Sa générosité était vraiment étonnante et on le disait très riche.
Après quelques jours de tractations des plus courtoises, tous les deux s’entendirent sur un prix, ma foi, bien au-dessous de la valeur de cette maison. L’homme, fou de joie, alla annoncer cette bonne nouvelle à sa famille.

A un prix inférieur à celui du marché, le propriétaire vendit cette maison avec tout son ameublement, les rideaux et les pièces de collections qui s’y trouvaient ainsi que tous les appareils de divertissement relevant de la plus haute technologie. Il baissa même le prix de la maison en tenant compte du fait qu’il prenait possession de l’ancien ameublement du futur acheteur!

Pour conclure le marché, ce propriétaire posa une seule condition : laisser sur un mur du sous-sol, dans l’endroit le plus caché, un clou de six centimètres. Enfoncé dans un mur, avec l’autorisation d’y accrocher tout objet qu’il voudrait.

Fou de joie, les yeux brillants, l’acheteur sauta sur l’occasion et avec l’accord de sa famille signa les papiers légaux et conclut le marché. Peu de jours après, ils aménagèrent, heureux et contents d’une si belle occasion survenue dans leur vie, remerciant même le ciel d’avoir découvert ce petit nid d’amour.

Les semaines passèrent et ils se firent peu à peu à cette nouvelle vie de quartier, appréciant le savoir-vivre des nouveaux voisins. Tous les félicitèrent pour leur acquisition et les complimentèrent pour leur sagesse et leur savoir-faire en matière de négociation.

Un jour, l’ancien propriétaire apparut et leur demanda s’ils étaient toujours heureux de leur nouvelle maison. Tous le remercièrent pour sa générosité exemplaire. Portant dans les mains un tableau enveloppé dans du papier, l’ancien propriétaire demanda la permission d’accrocher celui-ci sur son clou, conformément au pacte qu’ils avaient conclu avec lui. Avec joie et reconnaissance, ils acceptèrent.

Après le départ de l’ancien propriétaire, tout curieux, ils descendirent à la cave pour aller examiner l’étrange tableau. Dans l’encadrement, ils virent des pièces de viande disposées de façon à représenter un paysage quelconque. Etonnés et inquiets, ils remontèrent en discutant de cet étrange tableau.

Les jours passèrent et, peu à peu, une odeur de putréfaction commençait à envahir la demeure. Cherchant partout l’origine de cette odeur, ils arrivèrent à la conclusion que cela venait du sous-sol. Ils y descendirent et retrouvèrent l’étrange tableau et son contenu pestilentiel.

Ils remontèrent en vitesse et rappelèrent l’ancien propriétaire afin qu’il puisse venir enlever ce tableau infect.

Celui-ci fut tout sourires, mais leur rappela la clause qui lui permettait d’accrocher ce qu’il voulait sur son clou. Il leur demanda de ne plus l’ennuyer avec cela.

Les jours passèrent et, malheureusement, cette petite famille a dû abandonner sa maison de rêve. Elle avait, hélas, été souillée par la putréfaction du tableau de cet homme maudit. Ils se retrouvèrent à la rue dénués de tout, errant de lieu en lieu afin de survivre du mieux qu’ils pouvaient.

 

MORALITES :

 

1° Ne laissez pas entrer dans vos relations avec vos clients, supérieurs, collègues, le moindre clou rouillé dans vos relations. Un jour ou l’autre, il a de grande chance de réapparaître pour miner vos relations de façon certaine.

 

2° Ne laissez pas un clou rouillé dans votre cœur. Un clou rouillé peut être une pensée négative un ressentiment. Lorsque l’on dit à l’autre ce que l’on ressent de façon le plus assertif possible bien sûr, le clou rouillé dans le cœur tombe de lui-même et ne risque pas d’engendrer stress et mal être.
Alors, arrachons tous ces « clous » que nous avons permis d’implanter en nous en affrontant nos relations avec le maximum de confiance. Parler, dialoguer est la seule façon de ne pas laisser rouiller des clous dans notre cœur.

Mais attention, il ne convient pas d’enlever un clou avec un marteau piqueur ! Pour que cela se fasse sans douleur, faire preuve de doigter paraît nécessaire…. Alors pas de mode automatique…. Les émotions sont souvent mauvaises conseillères…. Pensez à prendre du recul.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s