Quand les disputes de couple deviennent drôles… Bruno Marchal Montpellier

Publié: 8 novembre 2014 dans Humains, relations humaines
Tags:, , , , , , ,
 

On dit que quand on est un couple, on ne sait pas vraiment si on s’aime tant qu’on ne s’est pas disputé pour la toute première fois. Parce que le coup de foudre passe par l’orage. L’amour véritable, en quelque sorte, c’est d’être capable de regarder quelqu’un et de dire « Tu est vraiment, vraiment trop bête et tu as tort. Je t’aime. »
Voici quelques sujets de dispute qui permettent cela, et qui vous seront peut-être familiers…

1. La musique dans la voiture

Au début de votre relation, chacun avait un accès à peu près égal à l’autoradio. Et puis, vous avez réalisé que vous aviez affaire à un serial zappeur de musique, qui change toutes les 30 secondes alors que l’intro de votre chanson préférée n’est pas encore finie. Un maniaque du bouton « suivant »  qui vous donne envie de foutre du scotch sur les touches pour plus qu’il n’y touche. Après un certain temps, cette guerre musicale devient si sérieuse que vous êtes obligés de mettre la radio pour avoir quelque chose de « neutre ».

2. Les côtés du lit/ La position de dodo ultime

On devrait poser ce genre de questions lors d’un premier rendez-vous, tant c’est important. VOus pensez que vous aimez quelqu’un, et la seconde d’après vous vous rendez compte qu’elle a pris l’intégralité de la couverture, et vous étrangle à moitié pendant son sommeil.
« Ok, cette fois-ci c’est bon. Je prends cet oreiller, Non, s’il te plait ne fais pas – NON TU ME SOUFFLES DANS LE COU ! Hé mais tu dors ? Hého ?  »

3. Le  » je te l’ai prêté, pas donné »

Ce qui est à toi est à moi et inversement ? Pas sûr. Vous êtes si mignons que vous êtes toujours dans les vêtements de l’autre, pour sentir son parfum, emprunter ses caleçons, sa veste, ses chemises… Jusqu’au jour ou vous cherchez votre chemise préférée et qu’elle vous répond que c’est devenu une chemise de nuit dans sa garde-robe. « Mais… Tu me l’as donnée ! »

4. Le mauvais copilote

« Tu peux prendre le GPS ? »
« Bien sûr »
« Préviens moi quand il faut tourner »
* 20 minutes plus tard *
« Hum, je crois qu’on a loupé le croisement ? »
« C’ÉTAIT TOI QUI ÉTAIT CHARGÉE DE ME GUIDER ! »
« … C’EST TOI QUI ES EN TRAIN DE CONDUIRE ! »

5. Le « mais je suis si bien ! »

Une situation qui a déclenché de nombreuses disputes de couple. Vous êtes si bien sous la couette, dans votre lit douillet, et vous demandez à l’autre qui s’était levé pour aller aux toilettes qu’il vous ramène la télécommande, les chips, ou une autre chose dont vous avez tant besoin pour survivre. C’est la qu’il vous déclare avec un cœur de glace que vous pourriez bouger vos fesses vous-même. Mais bon dieu ça se voit pas que je suis trop bien dans ce lit ?

6. Le combat de chatouilles qui part en vrille

Ça commence de manière joueuse et bon enfant. Ça finit en torture entre le rire et les larmes, qui ne peut être arrêtée qu’en exprimant verbalement des menaces de mort terribles.

7. Le « tu es toujours… »

Quand on essaye de prouver qu’on a raison, on se met toujours à un moment ou a un autre à faire des généralisations injustes, afin d’appuyer notre manque d’argument. « Tu [Insérez un verbe ici] toujours… » est le dernier effort désespéré, et on finit bien vite par rire de l’absurdité de la situation.

8. La guerre froide du thermostat

Vous vous mettez à avoir un peu froid au milieu de la nuit, alors vous coupez le ventilateur. Il/elle se réveille en sueur et le rallume à fond. Il/elle part au travail. Vous allumez le chauffage pour compenser. À son retour à la maison, une dispute éclate sur le fait qu’on soit en été et que le chauffage est allumé. Toutes les fenêtres sont ensuite ouvertes. Vous achetez un radiateur électrique portable. Le monde explose.

9. La sélection de film

« On regarde Game of Thrones? »
« Moi je regarderai bien Hitch. »
« Ok, et si on regardait plutôt The Walking Dead ? »
 » En fait, j’avais un peu envie de regarder Hit- « 
« On peut toujours regarder Mad Men »
« JE VEUX REGARDER HITCH. »

10. La question la plus existentielle qui soit :  » où chercher à manger « …

C’est le plus grand malheur de la condition humaine. Quand on combine la différence de goûts avec l’indécision et que l’on prend en compte l’effet négatif de la faim sur l’humeur… Ça fait mal.

 Bruno Marchal Montpellier
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s