Archives de février, 2015

Supprimer le désordre est une compétence que vous apprendrez avec la pratique, comme toute autre compétence. Et comme toutes les autres compétences, il y a beaucoup de petites questions auxquelles vous devrez répondre et de problèmes à résoudre en commençant.

Cet article est un guide de démarrage rapide pour désencombrer – la réponse aux questions les plus souvent posées.

1. Par où est-ce que je commence ?

Commencez où vous voulez – réellement, l’endroit où vous commencez n’est pas important, tant que vous commencez. Vous finirez par tout faire, donc choisissez n’importe quel endroit à ranger, et étendez lentement à partir de cet endroit. Commencez avec un tout petit pas – juste un tout petit espace. Prenez simplement 5 minutes pour dégager un espace sur une étagère, et gardez-le dégagé. Dégagez un espace un peu plus grand plus tard dans la journée. Et demain, rangez encore un peu plus. Ce n’est pas difficile si vous le faites par petites étapes.

2. Comment est-ce que je m’occupe de ces piles de mails et de magazines ? Comment est-ce que je gère ce désordre ?

Faites une grande pile de vos mails et magazines. Maintenant occupez-vous de la pile assez rapidement. Prenez ce qui est sur le dessus, et décidez : pouvez-vous vous en débarrasser ? Si c’est le cas, mettez-le dans le bac de recyclage. Si vous en avez besoin, décidez si vous devriez l’archiver (et archivez-le dans un dossier immédiatement), ou vous en occuper – dans quel cas, occupez-vous-en en quelques minutes si vous le pouvez. Ayez un dossier action dans lequel classer les choses si cela nécessite plus de quelques minutes. Balancez les magazines – vous n’en avez pas besoin. Occupez-vous rapidement de toute la pile jusqu’à en avoir fini. Quand vous aurez plus de temps, faites une autre pile de désordre de papier et travaillez dessus.

3. Qu’est-ce que je fais si ma famille est la source de ce problème de désordre ?

Commencez avec vous-même. Donnez l’exemple. Désencombrez votre espace personnel, et montrez à quel point c’est super. Commencez une discussion positive avec eux à propos de la raison pour laquelle vous désencombrez, et demandez s’ils veulent se joindre à vous. C’est un processus long, d’éduquer les gens, mais ne les forcez jamais ou ils résisteront ou seront réticents.

4. J’ai tendance à garder les choses juste au cas où je pourrais en avoir à nouveau besoin.

Faites une liste des vos affaires qui sont là « juste au cas où » – ou encore mieux, mettez-les dans une boîte – et voyez à quelle fréquence vous en avez besoin dans les 6 prochains mois. Si vous n’en avez pas eu besoin, vous pouvez vous en débarrasser sans douter. Si vous en avez eu besoin, gardez-les.

5. Comment est-ce que je m’occupe les choses qui ont une valeur sentimentale, qui ravivent des souvenirs ou des sensations à propos d’un temps auquel je ne penserais plus sans un aide-mémoire.

Réalisez que vos sentiments, votre amour, vos souvenirs, ne sont pas ces objets. Ce sont des palliatifs. Vous pouvez facilement garder ces palliatifs sur votre ordinateur, ou en ligne. Quelques idées :

  • Créez un album photo numérique de vos objets sentimentaux.
  • Gardez les photos de ceux que vous aimez comme fond d’écran ou comme économiseur d’écran.
  • Mettez les photos dans un diaporama pour les invités, ou pour vous-même.
  • Créez un scrapbook numérique.
  • Lancez un blog ou créez un compte sur Tumbler par exemple, avec des photos, des notes, des articles concernant les choses que vous chérissez le plus.

6. Je veux ranger mon désordre mais parfois je suis simplement trop fainéant pour m’en occuper.

C’est pour ça que vous avez besoin de motivation, pour arriver à vous bouger les fesses ! Vous pouvez créer des défis : annoncer à vos amis et à votre famille sur Facebook et Twitter que vous allez désencombrer pendant 10 minutes par jour pendant un mois. Ou bloguez à propos de votre voyage de désencombrement. Faites-le avec les autres et rendez cela amusant. Faites-en un jeu avec votre famille

7. Mon plus grand problème est de me débarrasser des choses qui m’ont été données en cadeau par des gens à qui je tiens.

Libérez-vous de cette culpabilité. Ceux que vous aimez vous ont fait ces cadeaux pour vous rendre heureux, pas pour vous encombrer à vie, par pour que vous vous sentiez coupable. Permettez-vous d’être heureux, et ne gardez les choses que si elles vous rendent heureux.

8. Où est-ce que je range les affaires ?

J’aime donner les choses à des amis ou de la famille, à des œuvres de charité, ou sur des sites comme Freecycle.

9. Je n’ai pas le temps de ranger les choses.

Prenez comme habitude de ranger au fur et à mesure. Cela prend quelques secondes, et si vous le faites, vous n’aurez pas besoin de beaucoup ranger plus tard.

10. Prendre le temps de désencombrer et de donner suite à cette habitude est difficile.

Cela ne prend que 5 à 10 minutes par jour – rangez une pile à la fois, une surface plane à la fois. Faites-le quand vous rentrez à la maison, et avant de quitter la maison. Mettez les choses que vous vous apprêtez à donner dans une boîte chaque jour, et mettez cela dans votre coffre. Quand vous passez pas loin d’une de ces œuvres de charité, débarrassez-vous-en. Cela prend 5 minutes.

 

 

Bruno Marchal Montpellier  Olivier Roland

Publicités

100047320Les premiers effets de la labellisation French Tech se font déjà ressentir! Grâce à sa récente labellisation, Montpellier a su conquérir Computacenter, qui a annoncé lundi dernier son implantation prochaine à Perols.

Montpellier sélectionné parmi neuf autres villes de France

Plusieurs grandes métropoles étaient en compétition à l’instar de Toulouse ou Bordeaux.  Les villes ont été comparées sous 63 critères, de l’infrastructure au transport en passant par la disponibilité en main-d’oeuvre, niveau des compétences, moyens de formation ou encore dynamisme de l’écosystème. Le match a été serré entre Bordeaux et Montpellier, mais c’est finalement Montpellier qui l’a emporté pour sa compétitivité en termes de qualité et de capacité de bassin d’emplois et pour la vitalité de la filière informatique et numérique locale. Le label French Tech a aussi joué en faveur de Montpellier. De plus, Computacenter estime que les profils recherchés sont plus nombreux à Montpellier qu’ailleurs. 300 emplois pourraient ainsi être créés, avec l’ambition pour la société britannique de compter 500 salariés à terme.

Autre critère déterminant pour Computacenter,  « le soutien apporté par les équipes de l’Agglomération, puis de la Métropole de Montpellier, ainsi que celui du conseil régional du Languedoc-Roussillon, et d’Invest Sud de France« , précise Arnaud Lépinois le directeur des Managed Services de Computacenter France et directeur du nouveau site de Montpellier.

Soutien financier

L’installation de la société a été soutenue financièrement par l’État qui a octroyé une aide de 900 000€, une Prime d’aménagement du territoire. Le conseil régional et la Métropole ont eux, attribués, chacun, une aide de 250 000€. Un investissement qui devrait porter ses fruits en terme d’impact économique du projet, qui représentera pour les 300 emplois créés, une masse salariale de 11M€, soit huit fois le montant des aides attribuées. Computacenter investira près de 22M€ sur trois ans, masse salariale et donc embauches comprises.

Pour comparaison, le développement de Dell à Montpellier, implanté il y a 20 ans et qui emploie près de 1000 personnes aujourd’hui Preuve que les aides sont un réel retour sur investissement une fois l’entreprise implantée.

À la fin de l’année 2015, Computacenter emploiera déjà 130 personnes dans son nouveau centre, inauguré courant avril.

 

La FrenchTech a soufflé jeudi 29 janvier, son premier anniversaire en grande pompe en présence d’un millier de personnes. Cette mobilisation, preuve de la mobilisation des écosystèmes numériques français, est la preuve qu’il est en train de se passer quelque chose en France. Si 2014 était l’année de la version Bêta, la FrenchTech passe maintenant en production et accélère son développement.


« Que de chemin parcouru par la French Tech en un an ! 2015 doit être l’année de l’approfondissement et de l’accélération. Approfondissement de l’écosystème, pour ouvrir la French Tech vers l’extérieur, vers l’international, vers les grandes entreprises. Et accélération des dispositifs de financement, pour ne pas se contenter de faire naître des startups mais les accompagner tout au long de leur croissance : parmi elles figurent, j’en suis sûr, les pépites du CAC 40 de demain ! », a déclaré Emmanuel Macron.

Un développement à l’international qui s’appuie sur 3 piliers

Le succès de la délégation française au CES y est certainement pour beaucoup, mais il faut le dire, la FrenchTech devient bien plus qu’une simple Mission ministérielle. David Monteau et son équipe (Clara Delétraz, Marie Gallas-Amblard et Antoine Msika) ont eu à coeur tout au long de l’année 2014, d’installer des fondations solides pour faire en sorte que l’année 2015 soit l’année du décollage. A ce titre, 266 bourses FrenchTech ont été attribuées au cours des 12 derniers mois.

Après une phase d’amorçage qui semble en passe de se clôturer, la FrenchTech a dévoilé il y a quelques jours, les 3 piliers de l’année 2015 : les FrenchTech Hubs (l’équivalent des métropoles FrenchTech, mais à l’international), les Plateformes d’attractivité internationale de la FrenchTech (15 millions d’euros pour financer les initiatives privées permettant de faire rayonner la France à l’international) et les FrenchTech Tickets (un package pour  attirer en France de jeunes entrepreneurs internationaux en leur fournissant un titre de séjour, une bourse individuelle, un hébergement dans un lieu d’innovation et un accompagnement personnalisé etc).

 

French Tech Montpellier